Cinéma, Cinémas : Philippe Noiret, vérités et mensonges

CINEMA~1

Voilà un épisode de Cinéma, Cinémas qui commence fort. Scorsese à l’arrière d’un taxi, en plein cœur de New York, la caméra à la place du copilote. Juste après le tournage de Raging Bull, dont le cinéaste explique des choix de tournage et révèle des secrets de fabrication. Nous sommes à ce moment la petite souris qui s’invite en coulisses, qui écoute parler les grands en buvant leur paroles.

Puis vient Béatrice Dalle, ses premiers essais filmés. Comme un sentiment d’exclusivité, d’être devant une pépite, une image rare. Avec sa jeunesse la plus sauvage et la plus brute, elle nous impressionne de « naturel », de « spontanéité », de « vérité » même.

Ensuite, c’est Philippe Noiret, dans une chambre d’hôtel, au téléphone. Formidable, tant d’intimité avec un acteur ! L’interview, en lumière tamisée, s’annonce pleine de confessions les plus personnelles. Quelque chose cloche un peu cependant : après son coup de téléphone –en anglais, Noiret s’installe, la journaliste en voix-off lui pose une première question (« aimez-vous faire la promotion de vos films ? ») mais le script intervient, on a oublié le clap, tant pis, on recommence. Un cut, puis, une deuxième fois, l’acteur au téléphone, en espagnol cette fois. Il raccroche, s’excuse, s’assoit : « Aimez-vous faire la promotion de vos films ? ». Réponse affirmative de Noiret, en quelques phrases. Cut. Changement d’axe de la caméra. Même question, réponse différente : il déteste ça. Le dispositif est lancé : une interview en doublon, où chaque question, posée deux fois, appelle deux réponses opposées. Noiret s’amuse, joue sa partition d’acteur avec une précision absolue, prend plaisir à duper le spectateur qui, à chaque réponse et bien qu’il ait compris que Noiret joue la comédie, ne peut réfréner l’impression de vérité que créent ces images. Il ne peut d’ailleurs pas être sûr que l’acteur mente à chaque phrase, il y a peut-être du vrai dans certaines de ses réponses. Il joue si bien que nous voulons le croire, nous cherchons à le croire malgré la certitude qu’il s’agit d’un dispositif fictionnel, car nous sentons bien qu’il se joue un jeu de dupes dans lequel nous voudrions être gagnants malgré tout.

Drôle d’état que celui dans lequel nous plonge cette fausse interview, à mi-chemin entre la fascination devant l’acteur au travail, l’amusement que suscite l’enchaînement des réponses opposées, la frustration de n’avoir pas accès à une vérité certaine. La séquence nous montre en tous cas d’une part la facilité des acteurs à nous duper, d’autre part la facilité des spectateurs à se laisser illusionner. Elle nous incite à prendre une distance salvatrice envers l’ensemble des personnalités qui composent les épisodes de l’émission. Tous, par leur métier acteurs, ont une maîtrise de l’image qu’ils construisent. Voyons par exemple le faux documentaire interprété par Joaquin Phoenix, I’m still here, qui raconte sa fausse reconversion dans le milieu du rap.

Cette courte séquence, à travers sa coloration poétique et amusée, nous ramène à ce constat bien souvent évoqué : toute figure du film documentaire est un personnage, avec sa part de construction, de mensonge, de déformation du réel. La personne filmée est libre de nous mentir, libre de nous dire oui lorsqu’elle pense non, libre de jouer et de construire son personnage comme le ferait un acteur, d’autant plus que le statut « documentaire » attribué aux images rendent le spectateur plus enclin à croire d’emblée à leurs mythes. Il revient au spectateur de cheminer entre confiance et défiance, adhésion et recul.

 

Anna Etienne

Publicités

Une réponse à “Cinéma, Cinémas : Philippe Noiret, vérités et mensonges

  1. Oui, Anna Etienne, c’est très bien et très bien vu. Le héros véritable du cinéma dit « documentaire est à vrai dire LE SPECTATEUR, que l’on fait tourner autour du pot. Mais là est son inconnaissable plaisir. Amitiés; JLC.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s