Hommage Chantal Akerman : Réinventer les formes

Réinventer les formes.

 

Une œuvre ne se laisse pas enfermer en une mort, celle de Chantal Akerman non plus, bien que la mort en effet y ait tissé depuis longtemps sa toile arachnéenne. Cette cinéaste n’a jamais démenti son ambition ni son talent, elle a tenté d’inventer des formes inédites ou de réinventer des formes usées, celle du plan fixe par exemple (News from Home) ou celle du travelling latéral (Est). Rien n’est plus risqué, rien n’est plus utile, dans le geste cinématographique, que d’inventer des formes justes, je veux dire qui nous touchent déjà en tant que formes, qui persistent dans nos mémoires alors même que l’on peut avoir oublié de quoi il était question dans ce travelling, dans ce plan. Tel est le cinéma : il nous traverse de formes dont il arrive qu’elles nous transforment. Qu’elles nous fassent voir autrement et la vie et l’écran. C’est en tant que créatrice de formes que Chantal Akerman désormais nous manque, elle qui nous a fait ressentir comment la poésie se tient dans un raccord, dans un mouvement, un cadre, une lumière. Poésie comme puissance de cet atelier de création formelle qui ne cesse de reformuler le monde pour nous éviter d’accepter son épuisement : Chantal Akerman croyait au cinéma sans illusion, mais nul doute qu’elle en faisait un au-delà de la désillusion. — Jean-Louis Comolli.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s