TRAVELLING 4 – La caméra libre de Bong Joon-ho

 

4.Barking Dog 2Sans titre 3

Barking Dog est l’histoire de Yun-Ju, un homme qui bientôt père, est excédé par les aboiements d’un chien dans sa barre d’immeuble. Il se met en quête de trouver l’animal pour le faire disparaître. C’est autour de ce simple scénario de court-métrage que Bong Joon-ho déroule une multitude de péripéties facétieuses, tour à tour drôles, angoissantes, teintées de tristesse, et toujours pleines de suspens. Les personnages se multiplient autour de cette trame, comme aimantés par le cœur de l’histoire. Un gardien d’immeuble louche, une femme enceinte froide en apparence, une vieille dame farfelue. Bong Joon-ho signe ici son premier film, programmatique pour la suite de son oeuvre.

Chez le réalisateur, on court. Les personnages courent pour atteindre leur but : échapper au monstre et retrouver une fille dans The Host. Aller à l’avant du train et rétablir une justice dans Le Transperceneige. Ici le genre n’est ni fantastique ni distopique, pourtant le film réunit tout, thriller, film d’angoisse, romance, comédie. On court alors pour dénouer un mystère et faire un peu de bien dans le monde. L’ensemble forme une ode frénétique à la vie, à travers le personnage de la jeune fille au sweat jaune surtout, Hyeon-nam, qui travaille dans l’immeuble en face. Elle danse, court, parle sans se modérer, a toujours le geste spontané, et souhaite à tout prix faire le bien dans son monde, pour un peu de reconnaissance. Pour elle, sa quête consiste à retrouver le kidnappeur de chiens du quartier, qui n’est peut-être pas celui que le spectateur croit. Il faut regarder au delà des apparences car les personnages du film restent profondément humains. Non manichéens, ils possèdent la liberté de changer d’avis. C’est cette liberté que cadre la caméra de Bong Joon-Ho. Lors d’une scène de poursuite entre la jeune femme et l’homme, la caméra se place à la hauteur du regard de Hyeon-nam qui est à deux doigts d’atteindre Yun-Ju. La vitesse est palpable, le souffle du spectateur est coupé. La caméra à son tour court dans le couloir de cet immeuble, ouvert sur l’extérieur, mais ce plan à la ligne de fuite visible au loin, tout au bout du couloir, est entrecoupé d’un autre plan sur les deux personnages : le cadre est plus éloigné, la caméra filme l’immeuble imposant de loin, et leur course paraît alors dérisoire. Le cadre, moins insistant, permet aux deux de reprendre leur souffle, pour ensuite repartir de plus belle dans la course poursuite.

 

 

Ces décalages et décadrages offrent une liberté de mouvement à la caméra et aux protagonistes. Cette manière de filmer les personnages et leurs actions avec attention en devient même poétique, comme lors de cette scène du pari entre Yun-Ju et sa femme ; pour savoir à combien de mètres d’eux se trouve une épicerie, l’homme déroule un rouleau de papier toilette de 100m de long devant lui car il refuse de se déplacer pour compter. La caméra se déplace sur le sol, et alterne les plans rapprochés sur le rouleau qui continue son chemin, et le visage crispé de l’homme qui attend le résultat. Le cadre, à nouveau, par son choix de placement sur la scène, révèle une fantaisie ludique et tendre. Mais cette farce poétique parfois absurde ne devient jamais naïve. La scène se termine en effet sur le visage cadré de la femme qui regarde son mari, presque effrayée que ce pari lui importe autant. Le grinçant du monde, le dramatique du réel restent donc toujours présents derrière la fabuleuse dynamique de Barking Dog, derrière son charme de premier film.

 

Mathilde Pin

Publicités

Une réponse à “TRAVELLING 4 – La caméra libre de Bong Joon-ho

  1. Analyse très pertinente de la « mise en cadre » selon Bong Joon-ho, équilibre subtil entre forces centrifuges (la course des personnages) et centripètes (la normalisation de la société sud-coréenne). Le détail de la fraise sur le gâteau est très parlant : ce fonctionnaire doit entrer dans le cadre, coûte que coûte, un cadre social déjà encombré par l’argent d’une corruption banalisée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s