Un Paese di Calabria: « la crise actuelle n’est pas celle des migrants, mais celle de l’accueil »

Le Dimanche 26 Février, le Ciné-TNB (Rennes) a programmé Un Paese di Calabria, documentaire réalisé par Catherine Catela et Shu Aiello ; la séance était organisée en partenariat avec plusieurs associations comme Amnesty International et S.O.S. Méditerranée, auxquelles s’était associé le Collectif Chatô Sans Frontières (CCSF).

Un Paese di Calabria, c’est l’histoire de Riace, petite commune de Calabre auparavant frappée par l’exode rural, devenue depuis 1998 un village d’accueil pour les migrants arrivant par cette partie de la Méditerranée. Depuis, Riace vit au rythme des saisons, des nouvelles arrivées, des fêtes religieuses et des élections municipales. Les migrants y restent quelque temps, souvent deux ans, le temps de se reposer d’un périple souvent douloureux et d’apprendre des rudiments d’italien. Certains, minoritaires, font de Riace leur terre d’élection. De vieilles maisons abandonnées ont été rénovées ; l’école est ouverte à tous ceux qui souhaitent apprendre la langue. Pour la majorité des habitants, ces arrivées ont bien fait renaître le village.

Catherine Catela et Shu Aiello, les deux réalisatrices, nous racontent Riace par la voix de ses habitants, mais aussi du personnage de Rosa-Maria qui, née à Riace, a quitté l’Italie pour rejoindre son conjoint en France. La voix de ce personnage, issu de l’histoire familiale de Shu Aiello, guide le spectateur par ses souvenirs de Riace et apporte une autre perspective : elle aussi a quitté son village natal et fait face à un certain déracinement dans un pays dont elle ne maîtrisait d’abord pas la langue. Les habitants le disent: il y a toujours eu à Riace des gens qui arrivaient d’ailleurs, d’autres qui y naissaient et qui en partaient. Les Saints adorés à Riace, Cosma et Damiano, vinrent eux-mêmes de Syrie avant d’arriver en Calabre par bateau.

Des hauteurs de Riace, on voit la Méditerranée. Cette image devient un motif qui ponctue le film : la mer est montrée à toute heure du jour et de la nuit ; elle semble si constante, est pourtant si ambivalente, comme le rappelle l’un des habitants. Pour ceux qui arrivent jusque-là, Riace est montrée comme une oasis, malgré les pressions de la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise dont il est plusieurs fois fait mention dans le film, et malgré la pauvreté de cette région du Mezzogiorno. Avec douceur et lucidité, Un Paese di Calabria montre que Riace n’est pas une utopie mais une réalité qui s’étend d’ailleurs aux alentours, où plusieurs villages voisins se sont proposés pour l’accueil de migrants débarqués dans la région.

Une semaine après la projection, à Rennes, avait lieu un Marathon de lecture de vingt-quatre heures. L’association L’Âge de la Tortue est venue à bout d’un projet de longue haleine, en constituant une Encyclopédie des Migrants : quatre cent pages de lettres où des hommes et femmes installés de Brest à Gibraltar s’expriment et racontent leur histoire personnelle. Vingt-quatre heures de lecture en continu: dans une salle de l’Hôtel Pasteur règne une atmosphère à la fois solennelle et chaleureuse, en tout cas émouvante. Les lecteurs se relaient à chaque lettre ; les auditeurs entrent, restent un peu, quittent la salle, et reviennent le lendemain pour entendre d’autres histoires d’installations, de séparations, de déracinements et d’intégrations souvent difficiles, parfois réussies: preuve que beaucoup pourraient trouver en Brest, Rennes, Lisbonne ou Gibraltar, leur propre Riace.

Naïdes Lancieaux (pour le CCSF)

(L’Encyclopédie des Migrants : http://www.encyclopedie-des-migrants.eu)

Remerciements à Jacques Fretel du Cine-TNB, Carine Ernoult et Jean-Richard Dumanoir du CCSF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s