Cinéma en (dé)confimage 3 / Eugène Deslaw – Nuits électriques, 1928

Vous le trouvez jusqu’à mercredi prochain sur le site du Centre Pompidou

https://www.centrepompidou.fr/lib/le-cinema-du-musee

 

 

Les étudiants d’hypokhâgne en études cinématographiques du lycée Chateaubriand ont conçu cette évocation critique en direct après le visionnage le 13 mai 2020 :

 

 

 

Au coeur de l’immuable obscurité fend la lumière industrielle, celle d’une nouvelle ère, dont l’éclatante empreinte nous atteint au travers d’une caméra exploratrice.

Capturée par la caméra, la nuit noire se retrouve découpée et morcelée par les lumières électriques.

Les lucioles des temps modernes, réchauffent les cœurs et éclairent la salle des spectateurs.

La nuit se voit, interrompue par les grains lumineux. De l’excès de matière émerge des figures faisant place à la Fête.

 

Cher lecteur, chère lectrice, n’hésitez pas à ajouter votre phrase en commentaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s