1- TRAVELLING À PRAGUE : Les Petites Marguerites de Vera Chytilova

Ni ange ni démon, Marie 1 et Marie 2 semblent en dehors du monde rationnel. Traversées par des questions métaphysiques aussi radicales que le doute cartésien, elles trouvent leurs réponses dans l’expérience.

A ce titre, le film est semblable à leurs essais: alternant entre la couleur et le noir et blanc ou changeant de tempo. Si Marie découpe Marie alors il en va de même pour l’image, cisaillée avec autant de minutie. Le travail sur les  couleurs et les symboles, sans pour autant leur donner une interprétation unique, donne au film une dimension  plus spirituelle qui est contrebalancée avec justesse par les scènes plus dynamiques. Explorant par tous les moyens la «dépravation», qui serait la seule voie vers l’émancipation, les deux jeunes filles expérimentent une liberté irraisonnée, ce qui résonne avec le contexte socio-politique de la République tchèque, deux ans avant le printemps de Prague. 

Claire Le Lann

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s