Hommage à Jean-Louis Comolli : Une certaine promesse de cinéma

Jean-Louis Comolli s’en est allé le 19 mai 2022. Je n’ai jamais pu vraiment le voir dans la vraie vie, aurais-je peut-être l’opportunité de ne le penser qu’en “corps et cadre”, encore. Quoi qu’il en soit, je crois qu’une sorte de présence humble s’exprimera toujours.

Au sortir d’Une certaine tendance du cinéma documentaire, j’assiste aux cours de mes professeur.e.s d’hypokhâgne sur le cinéma documentaire. Un jour, je sors de la librairie avec ce qui matérialisera l’Autre comollien, ce petit livre jaune polémique nommé Une certaine tendance du cinéma documentaire, une de ses œuvres donc. C’est comme si la relation avait pris naissance à partir d’un livre par le biais de sa lecture. En somme, il s’agissait de regarder un homme, déjà là, se construire par des mots qu’il avait lui-même mis au monde. Je lis, je le découvre pour ainsi dire ; et plus qu’une rencontre avec un homme de parole(s), c’est une main tendue m’ouvrant la porte vers la portée éminemment politique du cinéma (et j’entends par cinéma à la fois ce qu’il y a de théorique et de réalisé, étant donné que le cinéma ne peut pas survivre confiné à la salle de projection), portée plus particulièrement sensible dans le cinéma documentaire, ce cinéma à l’origine du cinéma. Car le cinéma, le disait-il lui-même, se doit d’être politique (et populaire par la même occasion). On ne fait pas du cinéma tout seul. Ce sont des histoires de rencontres, d’individus s’ouvrant mutuellement les uns aux autres.

Je rencontre Jean-Louis Comolli (son ouvrage) en avril 2021. Le livre à la main, les dires de Yola Le Caïnec à l’oreille, je sentais que l’achat, peut-être hasardeux et opportuniste, de ce livre de poche allait s’avérer plus que significatif. Quelque chose d’important se passait, sans que je le sache réellement. Au fur et à mesure de relectures, de visionnages, d’analyses et de créations, de réflexions dissertatives et d’écritures journalistiques, Jean-Louis Comolli prit une juste place dans mon quotidien. Il devint, en quelque sorte, mon fidèle compagnon de cinéma. Je garde précieusement en tête les quelques thèses comolliennes en ma possession, les mettant chaque jour à l’épreuve. Je regarde avec intérêt les films de Nicolas Philibert (Le pays des sourdsÊtre et avoirLa moindre des choses, etc.).

Le livre est aujourd’hui annoté à droite et à gauche. Des post-its dépassent de part et d’autre. Des références à des dizaines de films auxquels je pense à force de lire ce texte le constellent. Une certaine tendance du cinéma documentairea vécu avec moi dans tous les sens du terme. Il n’y a pas une seule dissertation dans laquelle le nom de Comolli n’apparaisse. Son petit livre, je le prends partout avec moi. Demandez à mes camarades de l’option CAV du lycée Chateaubriand de Rennes, ils diront que mon attrait pour Jean-Louis Comolli tourne presque à l’obsession, pourtant il me semble n’avoir jamais regardé un de ses films en entier. Quel hommage pour cette étrange relation que d’apparaître dans ma copie au concours de l’ENS (« Toutes les voix ont-elles un corps au cinéma ? ») rédigée le 19 avril 2022, soit tout juste un mois avant son départ !

Je termine mon texte avec les mots éloquents de Jean-Louis Comolli, quelques réflexions sur la mort et le cinéma à propos de Mafrouza : “La mort est mort mais n’est pas tout entier mort puisque de lui quelque chose survit et vit encore, son image. (…) Une nouvelle sorte d’êtres vivants et parlants s’est répandue dans le monde : ceux qui savent que les images, sans être immortelles, seront toujours plus longtemps vivantes qu’eux et que nous.” “Le cinéma arrive là pour réaliser la conjonction improbable des vivants et des morts.”

Promis, je continuerai de faire du cinéma, Luna.

Luna Delorge

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s