Un producteur, Paul Saadoun.

 

 

Une main ne peut pas toujours rester repliée sur elle-même, elle s’ouvre, elle salue, elle tient une coupe de vin, un pinceau, un burin, une caméra, pourquoi pas un bouquet de films ? La main est à l’image du don, elle se donne, donner la main, elle ne retient pas, elle est sans violence, elle fait signe. Paul Saadoun était un être de signes, ce qu’il donnait, il ne savait pas qu’il le donnait ou ne voulait pas le croire. Jamais je n’ai « discuté » avec Paul. Nos désaccords, plutôt rares, étaient réglés par un renoncement pacifique à la dispute, une retraite douce, silencieuse et souriante, de sa part comme de la mienne. Paul a produit une bonne douzaine de mes films, et ceux d’abord que j’ai faits avec mon complice et acteur préféré, Michel Samson, de 1989 à 2014. En 1992, Paul est entré dans le jeu et n’a plus cessé de jouer jusqu’en 2014. Une série en est née : Marseille contre Marseille. En 1992, c’était La Campagne de Provence, avec France 3, du temps où cette chaîne publique était administrée par de vrais responsables, tournage étalé sur neuf mois, à travers toute la région, de Briançon, au Nord, à Arles, au Sud, de Menton, à l’Est, à Châteaurenard, à l’Ouest ; et montage en parallèle par Anne Baudry pour une diffusion dix jours après l’élection (les Régionales de 1992, la grande offensive Le Pen). Tout ce temps, vingt-deux ans, il y aurait eu de quoi s’affronter ou s’inquiéter, d’autant que, de film en film, les télévisions publiques disparaissaient l’une après l’autre du camp de nos alliés, nous laissant seuls pour le dernier, Marseille entre deux tours, que nous avons monté et mixé par nos propres forces, pour rendre à Paul un peu de celles qu’il avait si généreusement déployées pour tous les autres films de la série. Neuf films co-signés par Michel Samson, les 5 premiers montés et co-écrits par Anne Baudry et les quatre derniers co-écrits et montés par Ginette Lavigne. C’est ainsi que j’ai découvert à la fois l’attentive liberté laissée par le producteur à toute l’équipe de réalisation et la ténacité, pour ne pas dire l’obstination, d’un homme, malgré les difficultés liées à l’abandon des télés publiques. Les deux, liberté et constance, étaient devenues les qualités mêmes dont je pouvais me réclamer. C’était une leçon de vie plus que de production que m’adressait Paul Saadoun. Une fois, en 1996, Paul me propose de faire une excursion plus à l’écart de Marseille avec un film autour de la profanation du cimetière juif de Carpentras. Mais il dut s’y prendre à deux fois pour entraîner Arte, qui ne le regrettera pas. Par-là, Paul nous montra d’une part qu’il s’entendait à mener l’offensive et d’autre part qu’il ne se pliait pas à un premier refus jugé infondé. Est producteur celui qui affronte le dragon sans pousser de hauts cris. J’ai donc vu et revu Paul souffrir en silence de la morgue insolente des chargés de programme au sein des rares télévisions qui recevaient encore des producteurs. Je peux écrire « souffrance », je pourrais écrire « mépris », tant ces petits chefs fermés à leur mission même choisissaient invariablement le pire, se croyant les derniers apôtres à vous délivrer hautement leurs quatre vérités. Paul ne se plaignait pas. Ne disait rien de la colère en lui devant toute cette fatuité. Il est possible que la discrétion, la retenue, l’élégance se rencontrent plus chez les producteurs que chez les cinéastes. D’une main, Paul invitait France 3 ou Arte à entrer dans la danse et, de l’autre, il calmait les ardeurs toujours excessives de « ses » auteurs. Les liens qui se nouent au fil du temps entre un cinéaste et un producteur ne sont pas que de fabriquer ensemble tel ou tel film, et le terme de production, aujourd’hui trop souvent réduit à la seule dimension économique, prend alors le sens d’une utopie où la passion dépasse toute utilité. – Jean-Louis Comolli.

 

Paul Saadoun, fondateur de 13 Production, producteur de plus de cent films (dits documentaires et dits fiction), est mort hier matin à Marseille, à l’âge de 69 ans.

 

Une réponse à “Un producteur, Paul Saadoun.

  1. Bonjour, merci de me faire découvrir les points importants de la vie du producteur Paul Saadoun à travers votre article. C’est vrai qu’il a été un grand producteur qui a réalisé plein de films à succès.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s